Youth Lagoon – « The Year of Hibernation »

Dans la lignée de ces petits génies qui sortent de l’anonymat en livrant un album de pop de chambre ( Peter Silberman alias THE ANTLERS, Justin Vernon alias BON IVER…), voici le dernier venu, Trevor Powers , alias YOUTH LAGOON.

Intimiste comme un album de NICK DRAKE, beau comme un MC CARTNEY, mais pour autant brillant, clairvoyant, chatoyant. Sans prétention, il raconte avec une anxiété palpable sa vie simple de kid (« Seventeen ») allant au lycée, connaissant des revers amoureux. Vivant simplement. Des chansons, qui, chantées sur un autre tempo, auraient le punch de celles d’ARCADE FIRE (les «Daydream»). La volonté ici n’est pas de faire sauter, mais d’être écouté la nuit au milieu d’une chambre, et réfléchir à son avenir de jeune (« Posters »).

A entendre et à voir, on dirait WU LYF, ce groupe de Manchester: même style de pochette (une montagne et un jeu de lettres), la jeunesse dans leur nom (« Youth »), même reverb pour les guitares et mêmes claviers. Mais sans le matraquage médiatique pseudo-indé, basé sur une image et des cris faussement rebelles, piqués à ANIMAL COLLECTIVE.

Une réserve louable à l’image de ce beau disque, que vous n’avez pas fini d’écouter.

William A. Bernard

Fat Possum Records

Chronique parue dans Presto Magazine.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s