Daniel Darc: poète bénit au Grand Mix le 24 Avril (Tourcoing)

Aimé, adulé, voué au culte, puis récrié, oublié, abandonné à son sort, ainsi va la vie d’un poète. Sensible à en crever et incapable de comprendre le monde qui l’entoure, l’artiste se réfugie dans le sien : celui du rock, tatouages, boots, veste en cuir et jeans. Aujourd’hui, Daniel Darc est celui qu’il a toujours voulu être : écrivant comme il respire, vivant avec ce qu’il faut pour payer les factures. Son dernier livre le disque (ou le contraire) comme jamais auparavant ; sans évidence, mais par touche dans chacun de ses mots. Nu, brut, il parle autant qu’il chante, avec ce phrasé du poète que Gainsbourg a intronisé. Le talent crève les yeux et ne permet aucune critique. Convoquant ses propres fantômes et celui de Bashung, Daniel Darc incarne le printemps de la poésie française, celle du cœur, et de Dieu aussi.

Note de fin : Nos amis de A Gauche de la Lune font tourner Greenshape autour de vous depuis trop longtemps pour que vous le manquiez encore une fois.

William A. Bernard

24/04 – Daniel Darc + Greenshape / Le Grand Mix

Chronique parue dans Presto Magazine n° 159 (Avril 2012).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s